Revue de presse - «Coocoonhome» veut décloisonner l'immobilier

Avec «Coocoonhome», la Lannionnaise Ruth Negri, entend décloisonner le marché de l’immobilier en réunissant tous les acteurs sur un site dédié, tel un réseau social.

Le cocon de «Coocoonhome», c’est la maison de Ruth Negri, dans le quartier de Brélévenez, à Lannion. C’est chez elle que cette femme de 45 ans a lancé en 2010 ce réseau social sur Internet, dédié à l’immobilier.

Décloisonner le marché

En partant d’un constat simple: «l’immobilier sur Internet est trop cloisonné. Il y a le circuit des professionnels et celui des particuliers. Je veux décloisonner», explique-t-elle, avec un charmant accent anglophone. Elle-même vient du côté professionnel, après avoir travaillé une dizaine d’années pour le groupe immobilier Jourand-Le Gall. Outre le dépôt et la consultation d’annonces immobilières, le site se veut un espace de communication pour les acteurs du marché. «C’est ouvert à tous ceux qui tournent autour de l’immobilier: acheteurs, vendeurs, locataires, bailleurs, agences, notaires, artisans, déménageurs, diagnostiqueurs, banques…» Le site compte déjà 3.300 membres, les «coocooners», qui peuvent créer un groupe de contacts et dialoguer par messagerie interne, sur des sujets immobiliers: les démarches pour vendre un bien, les diagnostics obligatoires, les travaux de rénovation…

Lancement cet été

Ruth Negri a financé le lancement de «Coocoonhome» sur ses propres fonds, avec le soutien de la technopole Anticipa et des aides régionales. Elle a recruté trois développeurs, qui préparent le passage de la version bêta à une version commerciale cet été. Et un déménagement vers des bureaux dans la technopole. «Je suis en contact avec des investisseurs, pour lever des fonds.» Mais comment «Coocoonhome» peut-il devenir rentable? «On va apporter aux professionnels des contacts qualifiés, qui seront payants. C’est- là-dessus qu’on va gagner de l’argent», affirme Ruth Negri. Qui affiche l’ambition de développer «Coocoonhome» à l’international. Mais à la différence d’un Facebook, «on n’y viendra pas pour retrouver ses amis. Mais pour faire des affaires.»

Contact Tél.06.40.22.98.55, www.coocoonhome.com

Source : Le Télégramme, 6 mai 2011

coocoonhome.jpg

Partager :