Actualités

Accueil > Actualités > Revue de presse - Sans, sans, sans...mais avec des idées !
Revue de presse - Sans, sans, sans...mais avec des idées !

Revue de presse - Sans, sans, sans...mais avec des idées !

Publié le 12 avril 2012

La cosmétique "Sans". C’était le thème de la 3e édition de U’cosmetics, à la fois colloque et concours, qui s’est tenue à Guingamp le 22 mars dernier. L’occasion de faire le point sur cette tendance de fond de la cosmétique d’aujourd’hui, mais aussi de montrer par l’exemple qu’on ne peut (bien) faire "sans" si on n’a pas quelques "plus" à proposer en contrepartie. Mélanie Perrot était les yeux et les oreilles de L’Observatoire des Cosmétiques lors de cette journée.

Pour la 3e année consécutive, le Concours U’cosmetics a été organisé par deux étudiantes en Master 2 IPP à l’Université Catholique de l’Ouest Bretagne Nord (UCO BN), en partenariat avec la Technopole Anticipa. Ouvert aux étudiants en cosmétique de la licence Pro au master de toute la France (le concours devrait même s’ouvrir aux candidats étrangers l’an prochain), et par équipes de 2 à 5, il comprenait cette année 4 prix :
• Prix "Cosmétique Sans"
• Prix "Cosmétique naturelle ou marine"
• Prix "Concept innovant"
• Prix des étudiants

Le "Sans" théorique
Sans surprise, les différentes interventions lors du colloque ont fait le tour de ce sujet maintenant familier en cosmétique : les "sans". "Sans" qu’on connaît bien et depuis quelques années : sans paraben, sans phénoxyéthanol, sans PEG, sans phtalates, sans silicones, sans conservateurs, sans colorants, sans nanoparticules…

Sans surprise mais pas sans débats ni animation, entre tenants du "la contrainte pousse à l’innovation : profitons-en !" et ceux du "Pourquoi faire sans alors qu’on sait si bien faire avec, et sans danger réellement prouvé ?". L’Observatoire des Cosmétiques aura bien sûr l’occasion d’y revenir, et notamment parce que le problème (également évoqué lors de cette journée) des alternatives au "sans", c’est-à-dire des ingrédients qui peuvent remplacer, si possible avec la même efficacité et sans risque de toxicité ni d’intolérance, les substances mises à l’index, n’a pas fini de préoccuper le monde de la cosmétique et de mobiliser les formulateurs comme les services de Recherche & Développement.

Le "Sans" pratique
Dans ce contexte, on attendait avec curiosité les solutions que pouvaient proposer les étudiants dans le cadre du concours. Allaient-ils seulement copier ou adapter les recettes déjà mises en œuvre, notamment par la cosmétique naturelle et bio, ou allient-ils savoir inventer de nouvelles alternatives ?
Trois projets sont arrivés devant le jury.

• Promenades d’automne. Ce sont trois soins visage qui étaient présentés par trois étudiantes de Master 2 de l’UCO BN : un gommage, un masque, une crème hydratante. Trois produits inspirés par une citation : "Triste est l’automne pour celui qui ne sait l’égaye".
> Côté sans, du classique : sans paraben, sans silicone, sans parfum de synthèse, sans PEG, sans colorant…
> Côté formulation : trois actifs d’un automne gourmand et chatoyant. Pour le gommage, des coques de noix de faible granulométrie associées à un ester de saccharose dans une émulsion transparente à la texture lactescente. Pour le masque, un extrait glycériné de chêne (actif tenseur) dans une galénique dont la douceur et la légèreté rappellent la mousse de chêne. Pour le soin de jour, de la vraie crème de marrons (10 %) et un extrait glycériné de châtaigne, dont la couleur et l’odeur évoquent les goûters d’enfance.

• Gel rasage exit. Présenté par trois élèves de l’Isipca, c’est un 2-en-1 (rasage et après-rasage) décliné en version homme et en version femme.
> Côté sans : pas de dérivés pétrochimiques, pas de silicones, pas d’allergènes listés… mais surtout pas d’eau (y compris via les extraits) pour un "sans conservateur" sécurisé par l’ajout d’un glycol et un flacon airless.
> Côté formulation : du "100 % naturel" avec de l’huile de tamanu, de l’oléine de karité, du macérât d’aloe vera, du bisabolol… autant d’actifs choisis pour leurs apports réparateurs, apaisants et hydratants, du menthol rafraîchissant et un extrait d’arbre à mastic astringent et matifiant. Le tout en bleu à l’odeur ambrée pour les hommes, en doré à la senteur citron meringué pour les femmes.

• Cibl’action. Trois étudiantes encore, mais de Master 1 de l’UCO BN cette fois, avec une extrapolation du "sans" vers le "faire soi-même", une crème "personnalisable" comme on commence à en voir sur le marché.
> Côté sans, la liste comprend : silicone, paraben, huile minérale, parfum, colorant…
> Côté formulation : une émulsion de base comprenant des huiles d’argan et d’amande douce, du beurre de karité, un alginate en gélifiant, un extrait de coco en adoucissant… Et une série d’actifs complémentaires (hydratant, peaux grasses, peaux matures, peaux sèches, peaux sensibles) proposés en compte-gouttes, à ajouter à la crème en fonction des besoins. Ce qui rend la crème unique pour chacun, et adaptable à toute la famille.

Et le gagnant est ? Le concept !
Si ces trois exemples prouvent quelque chose, c’est bien que la cosmétique "sans" ne se suffit pas à elle-même. Ce qui fait la différence, c’est, certes, l’intérêt et l’efficacité du produit. Mais ce qui emporte l’adhésion, c’est bien l’idée, l’univers, la philosophie… en un mot : le concept.
Et c’est ainsi que le jury a distingué (mais après de longues délibérations !) les "Promenades d’automne", remettant le 1er prix à Albane Fouillet, Aurélie Escalais et Anne L’Emeillet.

Autres prix, autres concepts
À côté des "sans", les autres prix décernés ce 22 mars ont également montré que l’innovation est destinée à gouverner la cosmétique.

• Dans la catégorie "Cosmétique naturelle ou marine", c’est le projet de Priscilla Humbert, Julie Bègue, Claire Millereux et Florian Salles qui a obtenu le 1er prix. Leurs "Gommages autour du monde", assortiment de quatre exfoliants, sont inspirés (c’est le cas de le dire) des quatre coins du monde. Asie, Europe, Amérique et Afrique fournissent chacune leurs ingrédients et leurs huiles essentielles pour créer des gommages solides présentés en pot, qui fondent sur la peau à l’application…

Les "Secrets de Brocéliande", projet inspiré par les légendes arthuriennes et la reine Guenièvre et présenté par des étudiants de l’Isipca, a quant à lui été distingué par le prix des étudiants.

• Dans la catégorie "concept innovant" enfin, le concept Ecorcia a réuni les faveurs du jury et obtenu le 1er prix. Cette marque-gamme, composée d’une crème hydratante, d’un gommage et d’un masque régénérant, d’une eau tonifiante et d’un baume à lèvres, repose entièrement sur la valorisation des coproduits d’agrumes : écorces, eaux florales, et jusqu’aux pépins de pamplemousse en guise de conservateur. Chaque produit est décliné en trois parfums : orange, citron et pamplemousse.

N’y a-t-il pas là de belles pistes, intéressantes et prometteuses pour la cosmétique de demain ? À voir les idées des jeunes formulateurs, les concours U’cosmetics donnent souvent cette bouffée d’optimisme et de confiance en l’avenir. On n’attend plus que de voir leurs belles initiatives reprises par des marques et bientôt commercialisées dans nos rayons préférés !

Source : Observatoire des cosmétiques, 30 mars 2012.
Pour lire l’article en ligne : cliquez ici

 
Restez informés ...
Newsletter, site internet, twitter