Actualités

Accueil > Actualités > Revue de presse - « Coocoonhome » veut décloisonner l’immobilier
Revue de presse - « Coocoonhome » veut décloisonner l'immobilier

Revue de presse - « Coocoonhome » veut décloisonner l’immobilier

Publié le 6 mai 2011

Avec « Coocoonhome », la Lannionnaise Ruth Negri, entend décloisonner le marché de l’immobilier en réunissant tous les acteurs sur un site dédié, tel un réseau social.

Le cocon de « Coocoonhome », c’est la maison de Ruth Negri, dans le quartier de Brélévenez, à Lannion. C’est chez elle que cette femme de 45 ans a lancé en 2010 ce réseau social sur Internet, dédié à l’immobilier.

Décloisonner le marché

En partant d’un constat simple : « l’immobilier sur Internet est trop cloisonné. Il y a le circuit des professionnels et celui des particuliers. Je veux décloisonner », explique-t-elle, avec un charmant accent anglophone. Elle-même vient du côté professionnel, après avoir travaillé une dizaine d’années pour le groupe immobilier Jourand-Le Gall. Outre le dépôt et la consultation d’annonces immobilières, le site se veut un espace de communication pour les acteurs du marché. « C’est ouvert à tous ceux qui tournent autour de l’immobilier : acheteurs, vendeurs, locataires, bailleurs, agences, notaires, artisans, déménageurs, diagnostiqueurs, banques... » Le site compte déjà 3.300 membres, les « coocooners », qui peuvent créer un groupe de contacts et dialoguer par messagerie interne, sur des sujets immobiliers : les démarches pour vendre un bien, les diagnostics obligatoires, les travaux de rénovation...

Lancement cet été

Ruth Negri a financé le lancement de « Coocoonhome » sur ses propres fonds, avec le soutien de la technopole Anticipa et des aides régionales. Elle a recruté trois développeurs, qui préparent le passage de la version bêta à une version commerciale cet été. Et un déménagement vers des bureaux dans la technopole. « Je suis en contact avec des investisseurs, pour lever des fonds. » Mais comment « Coocoonhome » peut-il devenir rentable ? « On va apporter aux professionnels des contacts qualifiés, qui seront payants. C’est- là-dessus qu’on va gagner de l’argent », affirme Ruth Negri. Qui affiche l’ambition de développer « Coocoonhome » à l’international. Mais à la différence d’un Facebook, « on n’y viendra pas pour retrouver ses amis. Mais pour faire des affaires. »
Contact Tél.06.40.22.98.55, www.coocoonhome.com

Source : Le Télégramme, 6 mai 2011

 
Restez informés ...
Newsletter, site internet, twitter